20 ANS (et une année de Covid) AU SERVICE DE LA MUSIQUE DU VIOLONCELLE ET DES TERRITOIRES

 
Avoir 20 ans, c’est avoir la vie devant soi, les yeux tournés vers l’avenir, garder espoir malgré les temps difficiles que nous venons de vivre. C’est dans cet état d’esprit que le violoncelliste Frédéric Audibert, coordinateur artistique du festival avait présenté la programmation du 20ème festival Cello Fan en juin dernier, avant d’être contraint de le reporter en octobre 2020 puis de l’annuler. Nous voulions néanmoins marquer le coup. Nous avons donc décidé de maintenir cette édition anniversaire en version légérement remaniée. Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour conserver les engagements que nous avions pris avec les artistes pour l’édition 2020.

Les lieux du festival ont été recentrés sur le village de naissance, Callian, où il y a vingt et un an, une centaine de jeunes violoncellistes des conservatoires de Nice et de Monaco s’étaient rassemblés sur le parvis de la mairie devant les yeux un rien étonnés de la population. Cette rencontre de jeunes étudiants des conservatoires venus jouer une audition de fin d’année hors les murs, n’était pas destinée à se renouveler. Mais le concept a séduit le maire de l’époque, François Cavallier qui a sollicité le violoncelliste Frédéric Audibert pour étoffer de concerts professionnels cette rencontre thématique autour du violoncelle. L’année suivante, les jeunes violoncellistes étaient rejoints par leurs pairs. Au fil des ans, le cercle des cellos fans s’est ouvert, le festival a pris de l’ampleur et propose aujourd’hui des concerts de haut niveau avec les meilleurs musiciens de la scène musicale tout en étant parfaitement intégré à son territoire, par le biais d’actions de sensibilisation des jeunes publics à la musique classique, baroque et contemporaine.

Chaque début de saison estivale, les musiciens arrivent des quatre coins du monde pour se produire au cœur des villages perchés du Pays de Fayence dont les chapelles et églises offrent des acoustiques remarquables. L’emblème du festival est le violoncelle, mais celui-ci s’est immédiatement marié à l’ensemble des instruments pour un dialogue riche et varié tant dans la forme (orchestre, sonate, récital, musique de chambre) que sur le fond (classique, baroque, jazz, contemporain, chanson française etc…). Le grand maître es violoncelle Gary Hoffman est devenu le parrain du festival en 2008, depuis lors il s’est toujours montré solidaire du festival.

Le talent des artistes, des solistes de premier ordre, le choix des œuvres, suscitent aujourd’hui l’adhésion et draine chaque année un public heureux, fidèle et pour partie, sans cesse renouvelé. Difficilement comparable à un autre, le festival Cello Fan a trouvé son identité marquée par un territoire superbe, des artistes exceptionnels en totale adhésion avec l’idée de partage et de proximité, un événement à dimension humaine, s’efforçant avec constance de maintenir des gammes de tarifs abordables totalement modestes par rapport à la dimension du plateau artistique regroupant jusqu’à 50 muciens. Les concerts sont depuis l’origine pensés pour attirer toute sortes de publics et les générations sont mêlées sans distinction ni hiérarchie. Les violoncellistes sont autant représentées que les violoncellistes depuis l’origine du festival. Les seuls critères qui guident les choix artistiques sont le talent, le savoir-faire et l’envie de partager entre musiciens et avec le public…

Comme à chaque édition, le programme permettra d’écouter les grands classiques, mais aussi les œuvres d’aujourd’hui. Le festival a tout spécialement commandé à trois compositeurs, aux modes d’écritures très différents, des œuvres pour ensemble de violoncelles. Le compositeur Éric Tanguy a écrit une œuvre pour le duo formé par Frédéric et Florent Audibert qui sera créée le jeudi 1er juillet.
Mieko Miyazaki, virtuose du Koto et compositrice, a imaginé des œuvres pour ensemble de deux, quatre et six violoncelles et Koto. Le son sublime du Koto se mariera aux violoncelles, instruments qu’il ne cotoie pas habituellement. Le compositeur et pianiste Gilles Alonzo, professeur au CNSM de Lyon, a composé la musique du film Frankenstein de John Whales (1931) qui sera projeté le samedi 4 juillet au soir, salle omnisport de Callian. La musique du film sera interpétée par Gilles Alonzo au piano, David Guerrier, cor, l’orchestre de violoncelles du festival et un quatuor à cordes formé de Bernard Cazauran, contrebasse, Françoise Gneri, alto, Stéphane Tran Ngoc, violon et Frédéric Audibert violoncelle. David Guerrier, cor, l’orchestre de violoncelles du festival, Bernard Cazauran, contrebasse, Françoise Gneri, alto, Stéphane Tran Ngoc, violon et Frédéric Audibert violoncelle. Pour ces commandes, le festival a reçu l’aide précieuse de la Sacem. Le festival crééra deux œuvres de la compositrice Florentine Mulsant, Grand Prix 2019 Sacem Compositeur de l’année, Musique Classique Contemporaine : la sonate pour violon et violoncelle op.96 et le trio pour violon, violoncelle et alto op.87.

Le samedi après-midi le violoncelliste Anton Niculescu, violoncelle solo honoraire de la Scala de Milan rendra hommage à son ancien professeur le violoncelliste russe Daniil Shafran en interprétant les œuvres de prédilection de cet immense violoncelliste. Il rendra aussi hommage à Stravinksy (50ème anniversaire de sa mort) en jouant la Suite Italienne. Des documentaires rares sur Daniil Schafran seront projetés. Autre invité de marque, le corniste et trompettiste David Guerrier, musicien extraordinaire que l’on a déjà entendu à plusieurs reprises au festival.

Autre événement marquant de cette édition : le retour du saxophoniste Pierre Bertrand avec son groupe la Caja Negra pour son spectacle Eastfarwest. Cette folle soirée du 3 juillet mêlera le jazz le Flamenco et les violoncellistes du festival qui joueront des morceaux inspirés par Duke Ellington, avec violoncelles intégrés. Les talents d’arrangeur et de compositeur de Pierre Bertrand vont une nouvelle fois faire merveille.
Le festival se terminera par un concert avec l’ensemble Musicatreize. Ce projet était prévu en mai 2020 puis annulé. Nous l’avons reprogrammé en l’insérant dans le festival. Ce programme pour 6 voix et 6 violoncelles reprend une œuvre créée en 2000 par Musicatreize à l’occasion des treize ans de l’ensemble : Exil, d’Édith Canat de Chizy. Une très belle collaboration avec les jeunes interprètes de l’IESM, menés par leur professeur, le violoncelliste Frédéric Audibert. Mêlant Monteverdi et Purcell dans un arrangement réalisé par le compositeur Pierre-Adrien Charpy, ce concert est dominé par trois figures féminines de l’exil.
 
Dans le cadre de la crise du coronavirus, le festival met à disposition des flacons de gel hydroalcooliques, des masques, des gants et assurera une distance raisonnable entre les participants au concert ce qui limitera les jauges. Réservation conseillée. 

Les partenaires du festival
Mairie de Callian - Conseil départemental du Var - Communauté de Commune du Pays de Fayence - Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur - Spedidam - Sacem - Ville de Nice - Domaine de Terre Blanche - Ville de Nice - Var-Matin - La Strada - Tous nous ont soutenus dans cette dure année de pandémie et nous l’espèrons pour la suite de notre aventure musicale sur les territoires.

Au Programme

Jul

Duos en écho

Église de Callian
20:30
Jul

Far East Suite • Le voyage impossible

Salle Omnisports de Callian
20:30
Jul

Hommage à Daniil Shafran

Église de Callian
16:00
Jul

Ciné Concert • Frankenstein

Salle Omnisports de Callian
21:00
Tous les concerts

Découvrez le canton de Fayence

Le festival se déroule dans le cadre géographique vertigineux du village médiéval de Callian dans le canton de Fayence enchâssé de villages tous plus beaux les uns que les autres. À découvrir entre deux concerts… Lire la suite